Empreinte carbone de la fabrication d’un vélo neuf

Deux modes de transport ne dégagent aucun gaz à effet de serre : la marche et le vélo (alors oui, il y a aussi la nage, mais quand il s’agit d’aller rencontrer des gens ça devient compliqué).

Cependant, il a bien fallu le fabriquer, ce vélo. Pour mon tour de France à vélo pendant six mois, j’ai choisi de réparer un ancien vélo et de ne pas en acheter un neuf.

Pourquoi ce choix ?

1. Le coût énergétique
La fabrication d’un vélo neuf nécessite énormément d’énergie : extraction et transformation des matières premières, (parfois) exploitation des ouvriers, fabrication de l’emballage, acheminement vers le(s) point(s) de vente...
En réparant un vélo déjà existant, je vais réduire mon empreinte écologique car il n’y aura pas besoin de nouvelles ressources pour le fabriquer.

2. Le social
Lorsque je réparerai mon vélo, je serai accompagnée par les techniciens experts de la Recyclerie Sportive. Je pourrai ainsi échanger avec eux sur les étapes à effectuer et je pourrai discuter avec des adhérents qui seront là pour les mêmes raisons : réparer des articles de sport.
En participant aux ateliers d’auto-réparation de l’association, je mettrai en valeur le côté humain de mon projet, qui est aussi d’aller à la rencontre d’acteurs professionnels sur le terrain.
— > Je vais vous parler de la Recyclerie Sportive dans une vidéo de présentation :)

3. L’adaptation du vélo pour le projet
En réparant le vélo, je vais pouvoir le moduler comme je le souhaite, je le munirai des options dont j’aurai besoin pour pédaler 6 mois : le vélo sera à l’image de Mercycle.
— > Dans un vlog, je vous montrerai toutes les étapes de la réparation du vélo, du choix du cadre jusqu’à la dernière goutte de peinture (écologique bien sûr) !


A partir du moment où vous êtes né(e)s, vous aurez dans tous les cas un impact écologique sur la Planète. Ce qui est cool, c’est que vous pouvez choisir de réduire cet impact, progressivement, étape par étape, à votre échelle et selon votre mode de vie.

Si vous souhaitez connaitre plein d’astuces pour réduire votre impact écologique, que ce soit dans vos voyages ou votre vie de tous les jours, je vous invite à suivre Mercycle ! <3

PS : La photo c’est mon vélo actuel ! Je l’ai réparé en mars 2016 (j’ai quasiment tout changé, selle, guidon, roues, pneus, etc.). J’ai trouvé les pièces détachées à l’atelier, je n’ai donc rien acheté de neuf et j’ai appris à faire les petites réparations. Il m’accompagne partout depuis :)